L'ATUA
L'ATUA

La confusion (ou préférence) Sein Tétine

Bébé allaité s'énerve au sein? Il ne sait plus comment prendre le mamelon? Il tète puis refuse? S'il est nourri au biberon ou s'il prend une tétine (sucette), il est possible qu'il fasse une confusion (aussi appelé préférence): il est en train d'oublier comment on tète. Le risque de confusion peut parfois arriver... ou non, en fonction du "modèle" de bébé que l'on a! Car chaque bébé est different et la confusion peut arriver au premier biberon comme au 1000eme. 

Voici nos explications sur la confusion sein/biberon et sein/tétine et nos conseils pour reprendre en main votre allaitement. 

1) La confusion sein/biberon

 

Il existe DEUX sortes de confusion au biberon :

 

- La forme Elle se présente le plus souvent dans les 6 premières semaines de vie. La forme d’une tétine est bien différente du mamelon. Bébé peut, par la suite, mal prendre le sein et créer des crevasses à la maman ou téter moins efficacement  et prendre une moindre dose de lait.

- Le débit ou “paresse”: au biberon, le lait coule tout seul tandis qu'au sein, bébé doit faire un effort. Il peut donc s'agacer au sein car cela ne vient pas assez vite. De plus, en donnant souvent des biberons, la production de la maman va s'ajuster à la baisse. Donc, bébé va s'impatienter encore plus … C’est un cercle vicieux!

Que ce soit confusion de débit ou de forme il y a toujours un risque !

Même si au premier abord, bébé semble bien gérer les deux modes d’alimentation, rien ne permet d’assurer qu’un jour il ne fera pas de confusion due au débit/paresse/forme.
Un bébé qui boit des biberons ne stimule pas le sein correctement, ce qui peut entraîner des engorgements chez la mère et à plus ou moins long terme une baisse de lactation si elle ne tire pas suffisamment son lait.
Un bébé qui boit au biberon peut ne plus savoir/vouloir téter le sein et s’il le prend quand même, il peut mal le prendre et causer des crevasses.


Lorsque l’on choisit, ou que le mode de garde nous contraint à introduire le biberon, il faut savoir qu’il y a une manière de le donner, afin de minimiser (et non exclure tout à fait) le risque de confusion. C’est expliqué à la fin de cet article: "Donner le lait"

 

2) La confusion sein/tétine

 

L’introduction de la sucette peut créer des troubles de l’apprentissage de succion chez le nourrisson allaité. Bébé perd la technique de la tétée. Afin de comprendre ce processus, venons-en aux deux différents types de succion:

 

A- La succion nutritive 

C’est celle que le bébé utilise pour se nourrir. Elle est organisée en salves et pauses. Il existe une succion mature et immature.

  •  Succion mature

Les salves sont longues avec une bonne coordination succion/déglutition/respiration. 
Le rythme est lent et ample, 1 mouvement par seconde. Les bruits de déglutition sont réguliers et fréquents avec peu de pauses. On voit bouger les muscles de la face jusqu’aux tempes. On sait que l’enfant absorbe du lait correctement. Pour une bonne efficacité, le mamelon et l’aréole sont attirés au fond de la cavité buccale jusqu’au point de succion (jonction des palais osseux et muqueux) ce qui déclenche le réflexe de succion. Du côté de la physiologie maternelle, cette succion va de pair avec le réflexe d’éjection : les mouvements de la bouche du bébé accompagnent et gèrent le flux de lait qui sort du sein. 

  •  Succion immature  

On observe peu de succions par salves, beaucoup de pauses, des difficultés de coordination déglutition/respiration, l’enfant lâche souvent le sein. On peut voir ce type de succion chez l’enfant prématuré, mais aussi chez des enfants nés à terme, surtout si le travail ou l’accouchement a été difficile (manœuvres obstétricales.) Les soins systématiques de la salle de naissance peuvent aussi interférer sur la mise en place de la succion.
(Extraits du mémoire de Julie Delaney, élève en formation de consultante en lactation IBCLC, 2009/2010) 
 

 

B- La succion non nutritive

 

Elle ne sert pas directement à la nutrition. Cette succion non nutritive ne produit pas de pression suffisante pour attirer efficacement le lait dans la bouche. Pourtant cette succion en rythme rapide a un rôle non négligeable : la glande mammaire étant stimulée, celle-ci sécrète de la prolactine, hormone qui agit sur la production de lait. Le bébé utilise ensuite une technique différente pour gérer le flux de lait du sein (la succion nutritive, mature ou immature).
Elle est aussi organisée en salves de succion avec des pauses mais sans ingestion de lait. Son rythme est rapide, plus de 2 succions par seconde et l’on entend peu de bruits de déglutition. Elle apporte bien-être et apaisement. « Cette succion non nutritive est la première séquence motrice à apparaître chez le fœtus humain, vers la dixième semaine de la vie intra-utérine et se développe progressivement. Elle met en jeu l’activité synchrone de muscles striés innervés par cinq nerfs crâniens dont le centre de coordination est le tronc cérébral.» 
(Extraits du mémoire de Julie Delaney, élève en formation de consultante en lactation IBCLC, 2009/2010) 
La succion par la sucette est classée NON nutritive. Celle-ci conduit donc le bébé à ne retenir que la succion non nutritive et est néfaste une fois que bébé est au sein. Il y a alors l’éventuel risque d’une prise de poids lente ou nulle. Sa forme empêche aussi bébé de bien se positionner au sein.

Certains professionnels de santé sont souvent très pressés d’introduire la sucette à la maternité, croyant que la confusion sein/sucette est un mythe et que la sucette ne viendra pas perturber l’apprentissage de la succion au sein. Cela est en partie dû au fait que, souvent, les problèmes d’allaitement n’apparaissent qu’une fois la maman et le bébé revenus à la maison et une méconnaissance de ce que disent les études sur ce sujet. 
Plusieurs mamans préfèrent donner une sucette car le bébé utilise le sein comme tétine. La sucette en ce cas est utilisée pour satisfaire leur besoin de succion, au détriment du contact physique avec la maman. La sucette diminue considérablement le temps que le bébé passe au sein. Il se peut alors qu’il refuse le sein. “La mère du bébé confus peut dire que son bébé ne semble pas savoir quoi faire au sein. Il peut chercher le sein avec agitation, être incapable de le prendre et d’en extraire le lait efficacement. Il peut aussi prendre le sein et téter incorrectement, blessant les mamelons de la mère et recevant peu de lait, malgré ses efforts.” 
(Extraits du mémoire de Julie Delaney, élève en formation de consultante en lactation IBCLC, 2009/2010).

Tous les bébés ne feront pas forcément de confusion dès lors qu’un biberon ou suce est introduit. Or on ne sait pas à l’avance et le risque que bébé ne sache plus prendre correctement le sein sans faire mal à maman est réel.
Réels aussi sont les risques d’engorgements, de baisse de lactation, perte ou faible prise de poids.
“Lorsque les parents choisissent d’introduire la sucette, il faut toujours donner le sein en première intention avant de la proposer. Ceci afin de s’assurer que le besoin de manger a été véritablement comblé.” (Virginie Lespingal, IBCLC)


3) Nos conseils : comment éviter une confusion 

 

Les bébés et même les bambins peuvent aussi confondre le sein avec d’autres contenants. Tasse 360, tasse à bec, tasse à paille, gourde de compote... Aucun contenants n’est moins risqué qu’un autre! Mais concentrons nous sur le biberon, qui reste la première source de confusion. Le premier geste de prévention est donc de lui trouver une alternative ou d’en limiter l’usage.  

Et lorsque ce n’est pas possible ? Lorsque bébé est gardé dans une structure d’accueil dont les protocoles incluent le biberon ou par une nourrice qui n’arrive pas à se défaire de ses habitudes? Il existe une manière physiologique de donner le lait au biberon. Une façon de le nourrir tout en respectant son rythme appelé le “Paced Bottle Feeding” (Alimentation rythmée au biberon) 

La vidéo est en anglais mais les images parlent d’elles-mêmes. 
Il s’agit déjà de prendre le temps : un repas doit durer au moins 20 minutes. Cela lui permet de ressentir la satiété. Il convient donc de faire de nombreuses pauses. Ensuite, la position allongée n’est pas physiologique : bébé reçoit passivement le lait qui lui arrive tout seul dans la bouche. Il est gavé dans des quantités et un rythme défini par l’adulte. Le bébé ne doit pas être allongé, mais en position assise ou semi-assise. Dans cette posture, il conserve la possibilité de dire “stop”. Il pourra refuser le lait en plaçant sa langue en clapet sur la tétine. 


On voit que le biberon est placé en position quasi-horizontale : le débit est ainsi réduit. Dans le même but, on utilisera de préférence une tétine à petit débit. 
De manière générale, il faut éviter que ce soit la maman qui donne le biberon. Souvent bébé prend un biberon lorsqu’il est gardé. Pourtant il existe des alternatives : softcup, verre ou gobelet, cuillère, seringue, DAL... Gardez bien à l’esprit que tous les contenants à succion comportent un risque de confusion.
En informant la nourrice ou la crèche, du risque de confusion, vous trouverez une solution adaptée à l’âge de l’enfant, compatible avec les routines de la structure d’accueil et qui préserve votre allaitement. A venir, notre article: “Mon allaitement et mon assistante maternelle”


Vous trouverez d’autres conseils dans notre article “Donner le lait

 

4) Nos conseils : comment revenir au sein après une confusion

 

La première chose à faire est de supprimer complètement la source de la confusion (le biberon, la tétine, ou autre). 

Si le bébé a autour de 6 mois, la diversification peut permettre de se passer du biberon. Ainsi le lait peut être présenté sous forme de flan (en l’épaississant avec de l’agar-agar). D’autres recettes au lait maternel permettront à l’enfant d’avoir sa ration de lait. Vous en trouverez facilement sur le Web. Rappelons que le lait doit rester l’aliment principal jusqu’à un an. 
Bébé peut aussi manger des solides en votre absence et prendre le lait avec vous, quand vous êtes ensemble (matin, soir, nuit…)


Ensuite, réconcilions bébé avec le sein : puisqu’il trouve que le lait ne coule pas assez fort, des compressions peuvent aider. Ou encore pratiquer l’hyperalternance : en changeant régulièrement de sein au cours d’une tétée, cela favorise une montée de lait plus abondante. On pourra aussi mettre en place un DAL au sein, en veillant bien à ce que le contenant ne soit pas trop en hauteur pour éviter l’effet d’aspiration qui augmente le débit et peut créer une préférence.
Si bébé refuse le sein, vous trouverez des pistes dans cet article: "Grève du sein"
Enfin, parlez-en avec votre enfant, quel que soit son âge. Expliquez-lui votre problème qui est aussi le sien et les solutions que vous mettez en place.  


5) Quelques pistes pour se passer de la tétine/sucette


Supprimer la sucette vous demandera d’être plus présente pour combler le besoin de succion de bébé.
En votre absence, la personne qui garde bébé peut pratiquer le portage plutôt que de donner la tétine. Cela peut aussi vous être utile à vous ! N’hésitez pas à prendre contact avec une monitrice de portage afin de découvrir divers moyens de porter bébé.
Parfois un objet de transition (doudou, lange avec votre odeur) peut aider.
Ayez confiance en bébé, avec votre aide et celle des personnes qui le gardent, il trouvera un moyen de se passer de la sucette.


Courage ! Vous avez identifié le problème. Vous savez ce qui arrive et vous avez plusieurs pistes pour améliorer la situation. Les prochains jours vont être difficiles pour installer de nouvelles routines, mais vous êtes sur la bonne voie. Nous vous souhaitons de rencontrer le succès. 
D’autres mamans sont passées par cette épreuve : pour trouver du soutien ou des témoignages, vous pouvez rejoindre notre groupe Facebook  (lien) où des lact’aidantes pourront aussi vous aider. 


Au besoin, n’hésitez pas à consulter une consultante en lactation IBCLC


Emilie Feugère
Amandine Muller, Lact'aidante confirmée

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© L'Allaitement Tout Un Art - Tous droits réservés Avertissement. Le contenu diffusé sur ce site Web ne sert qu’à des fins d’information et ne remplace pas l’opinion d’un professionnel de la santé ou du développement des enfants.