L'ATUA
L'ATUA

Allaitement pendant les Fêtes

A l’approche des fêtes de fin d’année, l’équipe d’Allaitement Tout Un Art (ATUA) avait envie d’apporter quelques précisions sur ce que vivent les mères qui allaitent. En effet, la période des fêtes induit souvent des difficultés. Toutes ces petites choses peuvent amener involontairement une mise à mal de l’allaitement et engendrer des situations non souhaitées.

Voici des exemples de situations parmi tant d’autres qui peuvent se rencontrer en cette fin d’année et les recommandations d’ATUA pour éviter un sevrage induit et précoce.

Sevrage prématuré :

Organiser une grande ou une petite réunion de famille demande beaucoup de travail. Le risque est d'être moins disponible pour bébé et de sauter des tétées, causant une baisse trop conséquente de lactation.

Le mot des Lact’aidantes : Idéalement, s'accorder des pauses tétées. Le tout-petit a besoin de sa ration de lait, mais aussi du contact et de la chaleur de sa maman. En outre, les seins ont besoin d’être stimulés de façon régulière afin d’entretenir la lactation. L’allaitement doit rester à la demande. La meilleure manière pour la famille d’aider en cette période est de participer aux préparatifs.        

Confusion sein / tétine :

 Pour aller plus vite ou pour déléguer le repas de bébé, les mères qui allaitent peuvent avoir recours au biberon.

Le mot des Lact’aidantes : Nous vous invitons à résister à la tentation du biberon pour se rendre disponible. Le biberon peut amener une confusion sein / tétine, où soit bébé ne saura plus téter le sein de manière efficace, soit il refusera tout net le sein.

         En cas d’absence, il peut être préférable d'utiliser un autre contenant que le biberon, comme le gobelet ou le DAL au doigt par exemple.

Allaitement et alcool :

Les réunions familiales commencent très souvent autour d’un verre. Une solution souvent proposée entre mères allaitantes est d’exprimer son lait et de le jeter.

          Le mot des Lact’aidantes : L'alcool est présent au même taux que dans le sang, donc à un taux extrêmement faible. Il n’existe pas de donnée scientifique qui contre-indique l’allaitement en ayant bu un verre d’alcool. De plus, l’alcool ne modifie pas la qualité du lait maternel. Par contre, il peut modifier le réflexe d'éjection. Le bébé va alors simuler un pic de croissance pour obtenir ses repas.

Chez une femme d’environ 60kg, le taux d’alcool dans le sang sera d’environ 0,2g/L, après avoir bu 1 verre à jeun. L’alcool passe dans le lait mais n’y est pas stocké, ni plus concentré. Le lait a donc un taux de 0,2g  d’alcool / LITRE de lait. Si l’enfant tète 150 ml pendant les 2h qui suivent la prise d’alcool, il ingère environ 0,03g d’alcool.

Il est donc admis que les mères allaitantes peuvent boire un verre d’alcool occasionnellement.

Une autre solution adoptée par les mères qui ne veulent pas que leur enfant soit en contact avec de l'alcool, même à taux minime est de boire un verre juste après une tétée, car 2h après, l’alcool sera complètement éliminé de leur  organisme.  

En outre, le lait tiré alors que la mère a consommé de l'alcool peut tout à fait être conservé et bu plus tard par l'enfant. Il n'y a aucune raison de le jeter.

A noter qu’à partir de 2 verres, la vigilance peut diminuer, et dans ce cas le cododo est fortement déconseillé. 
Sans oublier que allaitement ou non, boire ou conduire, il faut choisir !

Réflexions de la famille non informée et culpabilisante :

        L’entourage se montre souvent généreux en mythes, jugements, et conseils éducatifs d’un autre âge.

         Le mot des Lact’aidantes : Répondre à la famille c’est comme "mettre du mercurochrome sur une jambe de bois", “pisser dans un violon”. Appelez cela comme vous le souhaitez. Les bien-pensants sont sûrs d’eux, et aucune justification ni explication du bien-fondé de l’éducation bienveillante ne saura les convaincre. La meilleure chose à faire est de les laisser dire, de continuer à suivre son chemin. Les choix éducatifs sont propres à chacun. Ils sont et seront toujours matière à critiques et réflexions quels qu’ils soient.

La famille qui veut profiter de bébé :

Souvent, lors des réunions familiales, on imagine qu’un bébé peut passer de bras en bras, tout le monde veut profiter de cette merveille qui finit par sauter des tétées. La mamie veut à tout prix calmer ses pleurs ou le tonton veut absolument lui faire avoir son premier rire.

 Le mot des Lact’aidantes : Un tout petit n’est pas une poupée de chiffon. Il a des sentiments, des besoins, des craintes qui doivent être écoutés. Dans ces moments, si vous le pouvez, n’hésitez pas à vous imposer. Le tout petit passe en priorité. Et s’il montre des signes de faim, de fatigue ou d’un besoin de réconfort, l’entourage attendra. Garder son bébé en écharpe ou en porte-bébé peut permettre d’éviter ces problèmes, tout en stimulant votre lactation et en rassurant votre nourrisson.

L’allaitement reste fragile quelque soit l’âge de l’enfant. Mais il est possible, en restant motivée et attentive aux besoins de son enfant, de préserver son allaitement même en cette période.

 

Toute l’équipe de l’Allaitement Tout Un Art vous souhaite

de bonnes fêtes de fin d’année et beaucoup de tétées !

 

Sources :

 https://www.meilleurdepart.org/resources/alcool/pdf/desk_reference_fre.pdf 

http://www.cafe-sciences.org/faut-il-sabstenir-de-toute-forme-dalcool-pendant-lallaitement/?fbclid=IwAR0rxHmPxTEdJFrgInHNTa0HeankXQPUf84aps3LcaJ-AQyhexpac8Wxpq4

L’allaitement maternel”, Claude Didierjean & Suzanne Jouveau.

L’allaitement malin” Véronique Damengeat  p 94, 95

L’art de l'allaitement maternel” La leche league P308-P309

Au coeur des émotions de l’enfant”, Isabelle Filliozat.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© L'Allaitement Tout Un Art - Tous droits réservés Avertissement. Le contenu diffusé sur ce site Web ne sert qu’à des fins d’information et ne remplace pas l’opinion d’un professionnel de la santé ou du développement des enfants.